Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Ong-Mat

Articles récents

L'Arbre de Judée (Cercis siliquastrum) s'habille de pourpre !

2 Mai 2016 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

L'Arbre de Judée (Cercis siliquastrum) s'habille de pourpre !

Auprès de mon arbre,
je vivais heureux …
J'ai maint'nant des frênes,
Des arbr's de Judée,
Tous de bonne graine,
De haute futaie...

G. Brassens

La légende dit que c'est sous cet arbre que Judas, après avoir trahi Jésus, se serait pendu. Les fleurs qui poussent directement sur le tronc, particularité de cet arbre, symbolisent les larmes du Christ, et c'est de honte qu'elles seraient devenues pourpres.

Il est amusant de savoir que le Grainier (autre nom de l'arbre de Judée) appartient à l'ordre des Fabacés comme le Sophora, la Glycine mais également l'Arachide ou le Trèfle. 

Les jeunes sujets sont très fragiles, il faut bien le pailler et l'arroser en période de sécheresse, mais passé les 3 années de plantation, l'arbre de Judée peut résister à des températures de l'ordre de -20° et se contenter de sols pauvres car il produit lui-même l'azote dont il a besoin. Pas de chance cette année, par deux fois notre Gainier a subit de grosses gelées. Résultat : Aucune chance d'avoir une belle floraison. Mais nos avettes auront d'autres occasions pour récolter Nectar et Pollen en quantité et en qualité car l'arbre de Judée peut vivre jusqu'à 100 ans !

Nous n'avons plus qu'à attendre l'automne pour voir son feuillage en forme de cœur  bleu-vert passer au mordoré. 

Un petit plus pour les amateurs d'oiseaux : Leurs gousses contiennent des graines beiges fort appréciées des mésanges bleues. 

. . . . . . 

Lire la suite

Nos pensées s'envolent comme grains de pollen ...

2 Mai 2016 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

Nos pensées s'envolent comme grains de pollen ...

Voici notre printemps, mais qu'il est donc farouche
Tremblotant, timide sous le blanc ciel ouvert
Avec un peu de givre emmitouflé aux souches
Et des branches cassées, brisées comme du verre ...

Voici notre printemps - Waid Labassi

 

Je passerais des heures à regarder mes abeilles. J'adore les voir aller et venir, tourner sur la planche d'envol afin de communiquer à leurs congénères les lieux d'approvisionnement, Mais cette année, du fait de fortes froidures tardives, la chaleur du printemps se fait attendre et nos avettes ont du mal à trouver nectars ou pollens.

Vous l'avez certainement remarqué mais le pollen a différentes couleurs qui vont du presque blanc de la Chicorée sauvage au quasiment noir de la Phacélie ou du Coquelicot en passant par le brun verdâtre du Cotoneaster, de l'orange du Solidago ou du pourpre du Marronnier rouge.

En dépit du fait que l'identification des pollens est super-amusant à faire, la connaissance des plantes indigènes ou cultivées peut aider dans le choix de l'emplacement des ruchers tout en se souvenant que les plantes sur lesquelles les abeilles récoltent le pollen ne sont pas forcément celles  qui produisent du nectar.

Le pollen est la source principale de plusieurs éléments nutritifs indispensables aux abeilles : protéines, minéraux, graisses ... alors que le nectar leur fournit les hydrates de carbone. Un apport conséquent de pollen est donc nécessaire à la survie à long terme des colonies et de leur productivité. Il est intéressant de constater que sur un même rucher, les colonies récoltent des pollens différents. Il semble, même, que les abeilles mellifères peuvent montrer du dégoût pour certains types de pollens comme ceux du concombre ou du coton alors qu'elles fréquentent assidûment ceux du trèfle blanc ou rouge, colza, pissenlit, arbres fruitiers à noyaux... 

Pour nous apiculteurs, la récolte du pollen, grâce à des trappes spécifiques, peut être un complément de revenus mais cela ne doit pas se faire au détriment de nos avettes.

 

(Pour en savoir beaucoup plus sur le pollen : Centre de Recherche Apicole de Berne). 

. . . . . .

Lire la suite

C'est moi le Gazon de Parnasse dit "Joli Muguet"

30 Avril 2016 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Au Jardin & dans les Bois

C'est moi le Gazon de Parnasse dit "Joli Muguet"

Cette année, pas de cueillette dans les bois, des petites clochettes parfumées. Le froid a engourdi les plants de muguet et seules de rares feuilles apparaissent dans la mousse. Alors je vous offre celui de l'an passé.

Selon une légende grecque, Apollon aurait créé le muguet pour en tapisser le Mont Parnasse, afin que les neuf muses ne s’abîment pas les pieds en le gravissant. D’où son nom poétique de «gazon du Parnasse ».
Il ne pourrait pas y avoir de meilleure fleur, de plus exquise pour exprimer ces sentiments. Son parfum, à lui seul, est assez merveilleux pour nous propulser au "7 eme ciel".



Au Moyen Âge, ces petites clochettes blanches, qui fleurissent au mois de mai, mois des "accordailles" devaient être accrochées, par les amoureux, au-dessus de la porte de leur dulcinée. Les amoureux en firent le symbole de l’amour. 
Mais c’est à Charles IX que l’on doit la tradition d'offrir du muguet le 1er mai. En effet, dès le 1er mai 1561, le roi pris l'habitude d’en offrir aux femmes de la cour, comme porte-bonheur. On dit d'ailleurs que celui qui trouve un brin de muguet à 13 clochettes sera tout particulièrement favorisé par le destin.
De jolies traditions sont en usage pour le 1er mai. On organise, par exemple, des "bals du muguet" où les jeunes filles étaient vêtues de blanc et où les jeunes gens fleurissaient leur boutonnière d'un brin de muguet. C'était le seul bal de l'année où les parents étaient bannis et où les jeunes se retrouvaient entre eux.


En France, les noces de muguet symbolisent les 13 ans de mariage.


Mais pourquoi le 1er mai devint-il fête du Travail ?



Le 1er mai 1886, aux États-Unis, une très forte pression des syndicats sur le patronat et le gouvernement permet à environ 200.000 travailleurs d'obtenir la journée de huit heures. 
En souvenir de ce succès, les syndicats européens, quelques années plus tard, instituèrent une «journée internationale des travailleurs» ou «Fête des travailleurs» destinée à se renouveler tous les 1er mai. Cette journée est aujourd'hui plus volontiers appelée «Fête du Travail» .
Etonnamment, aux Etats-Unis, le "Labor Day" est célébré le premier lundi de septembre, et non en mai, en mémoire d'un autre épisode de la répression ouvrière.

En 1941, en pleine occupation allemande, le 1er mai est officiellement désigné comme la fête du Travail par le gouvernement de Vichy qui espérait, ainsi, rallier les ouvriers. Le jour devient chômé.
 Depuis 1976, le muguet est totalement associé au 1er mai et chaque année plusieurs dizaines de millions de brins de muguet sont commercialisés ce jour-là, muguet des bois ou muguet cultivé.


Et puisque, paraît-il, cette fleur favorise la mémoire de ceux qui la hument,
Je me souviens de ces paroles du Dalaï Lama.

" Le vrai bonheur ne dépend d'aucun être, d'aucun objet extérieur.
Il ne dépend que de nous..." 


* * * * *


 

Lire la suite

La Buse variable

28 Avril 2016 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Au Jardin & dans les Bois

La Buse variable

Une buse affamée a quitté son perchoir
Un chêne solitaire sur un flanc de colline.
Elle plane, semble danser comme une ballerine ...
... Elle monte, ailes tendues, se sert des chauds couloirs
Elle plane haut encore, sur le vent fait saisine ...

Rapace ! - Patrick Laurain

Buteo Buteo, tel est le nom scientifique de la buse variable, est le rapace diurne le plus commun d'Europe Centrale. L'adjectif "variable" provient du fait que son plumage peut aller du tout brun-noir quasi uniforme au presque blanc avec toutes les gammes intermédiaires. Cependant on note souvent une tache plus claire sur la poitrine.

Un couple semble avoir pris leur aire auprès de la maison. On ne peut différencier le mâle de sa femelle si ce n'est qu'il est plus petit. Souvent ils se font "houspiller" par des corneilles qui les attaquent en piqué. Je pensais naïvement que les rapaces étaient les "rois" des airs mais nos buses variables ne semblent pas avoir la loi face à ces teigneux corvidés même si leurs puissantes serres jaunes paraissent très menaçantes. 

J'aime les voir prendre les courants ascendants et planer pendant des heures dans les airs sans même battre des ailes à la recherche de petites proies. En été, elles montent si haut que seuls de petits points noirs et leurs cris souvent répétés les signalent dans le bleu du ciel. 

. . . . 

Pour en savoir plus sur les buses variables : voir ici

 

Lire la suite

Drelin-Drelin fait la Campanule des Murailles ...

26 Avril 2016 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

Drelin-Drelin fait la Campanule des Murailles ...

Le gazon soleilleux est plein 
De campanules violettes, 
Le jour las et brûlé halette 
Et pend aux ailes des moulins ...

Anna de Noailles - Les saisons et l'amour

Dans la mythologie nordique, la Campanule est une des fleurs favorite des elfes et des fées qui s'en servaient comme de petites cloches annonciatrices d'enchantements. Celui ou celle qui entendait leur tintement voyait un de ses vœux s'accomplir ou au contraire entendait le glas de ses propres funérailles sans savoir ce qui serait finalement réalisé. C'est pourquoi les écossais l'appellent "clochette des morts". Savez vous que la plante nationale de l'Ecosse n'est pas le chardon mais la modeste campanule à feuilles rondes appelée Scottish-Bluebell.

Campanula muralis, tel est le nom scientifique de notre Campanule des murailles aime pousser, comme son nom l'indique, dans les interstices des murs et fissures de pierres. 
Pour nous c'est la plante providentielle. 

  • Peu exigeante, soleil ou ombre (tout lui va)
  • Résistante aussi bien à la sécheresse qu'au froid (jusqu'à -20° quand même) 
  • Tapissante (elle évite la corvée de désherbage), elle satisfait ainsi notre penchant naturel à la flemmardise
  • En plus j'adore la jolie couleur bleue-violacée de ses fleurs contrastant avec le vert profond de son feuillage. 

Le GROS  ++++ c'est une plante pollinifère ET nectarifère qui fleurit généreusement de mai à juillet et plus discrètement jusqu'en septembre. Nos avettes la visitent, le plus souvent, après la floraison des robiniers ou faux-acacias et avant la floraison des ronces. 

Que voulez vous de plus ? Adoptez la et vous serez récompensé ! 

. . . 

Lire la suite

Ce petit Colias jaune me donne bien du Souci ...

17 Juillet 2015 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Au Jardin & dans les Bois

Ce petit Colias jaune me donne bien du Souci ...

... Dieux ! le "soufré", dans l'espace,
Comme un éclair a relui...
Mais le joyeux "nacré" passe,
Et je ne vois plus que lui ! ...

Gérard de Nerval (Les Papillons)

Trois espèces de Colias cohabitent en France. Allant du jaune clair au plus jaune plus foncé, on trouve le Crocea dit "le Souci", l'Alfacariensis autrement nommé "le Fluoré" et, moins courant, le Hyale ou "le Soufré".

On peut observer leurs vols rapides d'avril à Octobre. 

Les mâles de ces papillons de jour se ressemblent tellement que, même quand on peut les observer au repos quand ils se nourrissent, leur identification reste difficile d'autant que ces insectes se posent le plus souvent ailes refermées. Sauf à les capturer, leur détermination reste sujette à caution surtout quand ils ont vieilli et qu'ils ont perdu une partie de leurs belles écailles d'un jaune éclatant.
Je ne m'avancerai donc pas à "étiqueter" mon Colias même si dans mon fort intérieur je pense qu'il s'agit d'un petit Souci mâle. 

Finalement, peu importe son nom je reste admirative de ces fleurs vivantes que sont nos amis les papillons.

 

Pour en savoir un peu plus sur les Colias rendez-vous ici 

 

 

 

Lire la suite

Le Sedum d'Arménie fait le buzz auprès de nos abeilles ...

13 Juillet 2015 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

Le Sedum d'Arménie fait le buzz auprès de nos abeilles ...

La pauvre fleur disait au papillon céleste :
"Ne fuis pas !

Vois comme nos destins sont différents. Je reste,
Tu t'en vas !

Pourtant nous nous aimons, nous vivons sans les hommes,
Et loin d'eux,
Et nous nous ressemblons, et l'on dit que nous sommes

Fleurs tous les deux ! ...

Victor Hugo (La Fleur et le Papillon)

Le Sédum Spurium ou Orpin Batard est une plante décorative vivace et succulente. On le plante notamment dans les jardins de rocaille ou comme couvre-sol.

L'an passé, nous avons installé des Sédums d'Arménie (Hé oui c'est autre de ces "petits noms" car il serait originaire des montagnes d'Europe Centrale et du Caucase) au dessus d'un muret empierré. Regardez comme ils ont prospéré allègrement sans intervention de notre part. Pour un néophyte version "couleuvre" comme moi ces plantes comptent parmi les indispensables. En effet, le Sédum est le champion toute catégorie des plantes qui résistent à tout : Sécheresse, froid (-20°), pauvreté du sol ... et même  erreurs du jardinier amateur. 

Le meilleur du meilleur, leurs fleurs roses attirent irrésistiblement tous les pollinisateurs : abeilles sauvages ou domestiques, papillons ...

. . . . . . . 

Lire la suite

Dans la famille Vespa, je ne voulais pas …Velutina !

9 Juillet 2015 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

Vespa Velutina et Vespa Crabo

Vespa Velutina et Vespa Crabo

   

Intriguée par le comportement de deux de mes colonies d'abeille je me suis demandée pourquoi certaines ouvrières restaient stationner sur la planche d'envol battant des ailes alors que les butineuses s'envolaient ou atterrissaient au milieu de cette effervescence.

Je me suis alors aperçue que plusieurs frelons rodaient autour de ces deux ruches. Regardant de plus près j'ai alors eu un "haut le coeur" : C'était un frelon asiatique ou Vespa Velutina !

Plus petit et plus "sombre" que notre frelon européen Vespa Crabo , il a une face rougeâtre (et non jaune) et son abdomen sombre est cerné d'un anneau jaune-orangé marqué d'un triangle noir alors que celui de son cousin est jaune rayé de noir.

Mes avettes, en restant grouper et en faisant "masse", permettent aux partantes et aux arrivantes de ne  pas être isolées sur la planche d'envol et donc d'être de cibles parfaites pour ces frelons prédateurs d'abeilles.

C'est une vraie catastrophe pour mon petit rucher que cette invasion. Je ne peux rester à les capturer au filet à papillon afin de les tuer, alors j'ai posé des grilles devant chaque entrée. Cela ne réduit pas les captures aux alentours des ruches mais au moins ces maudits frelons ne pourront s'introduire dans les colonies et dévaster le couvain.

* * * * * * * *

Lire la suite

La Bergeronnette Grise vive et coquette fait des claquettes ...

6 Juillet 2015 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Au Jardin & dans les Bois

La Bergeronnette Grise vive et coquette fait des claquettes ...

Le passereau, la huppe et la bergeronnette
Discutaient, entre oiseaux on jase, on est honnête,
Mais on est susceptible, et quelquefois les becs

Font comme les troyens ennuyés par les grecs ...

Victor Hugo (Océan

Triple buses, Cervelle d'Oiseau, Tête  de Linotte etc... Tous ces qualificatifs pour signifier que les oiseaux ne réfléchissent pas beaucoup sauf que ... Nous avons une petite bergeronnette grise qui donnerait des leçons à beaucoup. 

Imaginez, nous avons de grandes baies vitrées dans lesquelles se tapent de nombreux insectes. Assommés, ils tombent sur les lames de la terrasse. Notre jolie bergeronnette grise qui doit nourrir sa petite famille a trouvé l'astuce. Aussitôt que les mouches, guêpes, taons ... sont au sol, elle se précipite et les attrape sans coup férir. Elle s'envole alors jusqu'au tas de bois où se trouve sa nichée et 3 minutes plus tard elle est de retour de nouveau à l'affût. 

Et l'on parle de tête de Piaf ! 

 

Lire la suite

La Rose Trémière au port altier égrène un à un ses soyeux pétales ...

1 Juillet 2015 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

La Rose Trémière au port altier égrène un à un ses soyeux pétales ...

... Je cueillerai à l’aube une rose trémière
Que je déposerai dans le creux de ta main
Avant de te conduire au hasard des chemins
Vers un tendre avenir dépourvu de frontières.
..

Patricia Guenot (Radieux lendemains)

Alcea Rosea car tel est son nom n'a rien d'une rose. En fait, elle appartient à la famille des Malvacées comme sa lointaine cousine "la Mauve" qui a donné son nom à l'espèce.

Son nom scientifique vient du grec "Althainô" qui signifie "Je Gueris", on lui prête, en effet, des vertus thérapeutiques qui se rapprochent de celle de de la Guimauve Médicinale très utile en cas de toux, d'angine, de bronchite ou pour soigner les 'inflammations type Abcès, panaris ... Dans ce cas on peututiliser les fleurs, les feuilles et les racines. En usage vétérinaire, on utilisait les feuilles pour les chevaux blessés au sabot.

Le nom de Rose Trémière serait une altération de « Rose d'Outremer », la plante aurait été rapportée au XII ou XIII siècle du Moyen Orient par les croisés. 

Il existe 2 espèces principales de Rose Trémière :

La Rose Trémière vivace ou Althaea Rosa appelée aussi Rose à Bâton qui peut être d'une hauteur de 2 à 3 mètres

La Rose Trémière Annuelle ou Althaea Sinensis, plus petite que la précédente, elle ne mesure qu'entre 1 et 1,5 mètre.

Quelque soit son espèce, la Rose Trémière est une belle pourvoyeuse de pollen, très visitée par nos avettes, mais également  par la grosse abeille charpentière (Xylocopa violacea) qui l'apprécie particulièrement.

. . . . . . . . .

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>