Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Ong-Mat

Ses fleurs sont celles du coeur …

31 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

http://img203.imageshack.us/img203/4080/abeillehortentia.jpg

… Tu l'auras ta maison avec des tuiles bleues,
des croisées d'hortensias,
des palmiers plein les cieux,
des hivers crépitant près du chat angora …

Claude Nougaro - Tu verras -

L’hortensia (ou Hydrangea) est un arbuste très commun de la famille des hydrangeacées qui fleurit du début de l’été jusqu’à fin septembre. Au début de l’automne, les inflorescences sèches demeurent sur la plante et contribuent avec les couleurs du feuillage à l’ambiance automnale.

Selon la variété, la couleur des fleurs dépend de l’acidité du sol (bleu en sols acides, roses en sols neutres ou calcaires). Il existe également de nombreuses variétés à fleurs blanches.

Certaines variétés disposant de crampons peuvent également tapisser un mur ou une façade bien exposée.

* * * * * * *

En hommage à Monica la gentille korrigane dont l'hortensia est une des fleurs préférées.

Lire la suite

Les Alchimistes du Miel …

30 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

http://farm4.static.flickr.com/3652/3656110521_20df64321c_b.jpg

De retour au rucher, après avoir passé le contrôle des gardiennes, la butineuse exténuée confie son chargement de nectar à une abeille restée à la ruche. La tranmission s'effectue sous forme de bouche-à-bouche : la trophallaxie.
La «donneuse» refoule le contenu de son jabot et dégorge en fines gouttelettes son nectar pour la «receveuse», qui l'avale et le fait transiter à plusieurs reprises entre sa trompe et son jabot. Puis la deuxième ouvrière le régurgite à son tour à une troisième, et ainsi de suite. La précieuse goutte, qui n'est déjà plus du nectar sans être encore du miel, circule très vite de langue en langue pendant un bon quart d'heure en moyenne.

http://farm3.static.flickr.com/2735/4432795920_ae700fe580_b.jpg

A chaque voyage dans un jabot, la matière première se transforme un peu plus sous l'effet de la salive, des sucs digestifs et de l'acide formique. Les sucres qui composaient le nectar subissent une modification (Transformation chimique : par l’interversion du saccharose en deux molécules plus simples : Glucose et Fructose qui commence dans le jabot de la butineuse sous l’influence de la salive riche en invertine, secrétée par le système des glandes salivaires), tandis que la chaleur de la ruche fait s'évaporer l'humidité en la refoulant sous forme de gouttes. Les ouvrières étalent l'excès d'eau sous leur trompe. C'est la phase de séchage actif qui dure de 15 à 20 minutes.

Pour ceux qui aiment la chimie, voici le schéma de cette transformation :

C12 H22 O11 (saccharose) + H2O  vont donner →  C6 H12 O6 (glucose) + C6 H12 O6 (fructose). 

Le «Glucose » et le  «Fructose» ont donc la même formule chimique. Ces molécules sont, en effet, construites dans l'espace comme le miroir l'une de l'autre (Comme la main droite vis-à-vis de la main gauche). On les distingue car elles ne dévient pas la lumière polarisée dans le même sens. L'une la dévie vers la gauche, celle du fructose, qui a reçu pour cette raison le nom de « lévulose ». L'autre la dévie vers la droite, celle du glucose, appelé pour cette raison « dextrose ».

Lorsque la teneur en eau est tombée entre 40-50 %, la phase suivante commence : les abeilles déposent la goutte, maintenant épaisse comme du sirop, dans une cellule qu'elles remplissent au quart ou au tiers. Les ventileuses entrent en jeu pour éliminer le surplus d'eau de ce miel encore trop liquide. Battant frénétiquement des ailes, elles organisent des courants d'air au-dessus des alvéoles, favorisant l'évaporation. C'est la phase passive qui va prendre de 4 à 5 jours avant l'operculation. 

* * * * * * *

Lire la suite

L'Herbe du diable invite une andrène …

28 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

http://img534.imageshack.us/img534/2230/andrenaheracleumsphondy.jpg

Autour de moi, ce n’est qu’un spectacle de pierre,
Un chaos indistinct où seule, une herbe austère,
Du règne végétal, est le représentant
Mais a colonisé le lieu depuis longtemps …

Renaud Bosc

Un petit tour du côté de Cahors, où j'ai trouvé cette grande plante ombellifère vivace atteignant 50 cm à 1m 50 de hauteur. Heracleum sphondylium (autrement dite : Berce commune ou Berce des prés) est couverte de poils blanchâtres assez raides. La tige est rameuse, sillonnée-anguleuse. Les feuilles sont en touffe à la base et alternes sur la tige. Elles sont grandes, très variables, parfois simplement lobées mais souvent divisées en 5 à 7 larges folioles avec des contours anguleux, parfois étroites et allongées dans certaines formes. Pétiole principal épais, muni à la base d'une large gaine rougeâtre qui enferme le jeune inflorescence. Les fleurs sont blanches, groupées à l'extrémité des tiges, en larges ombelles de 12 à 40 rayons. Les pétales extérieurs des fleurs du pourtour de l'ombelle sont beaucoup plus grands que les autres. Les fleurs ne sentent pas bon et dégagent une odeur rappelant l'urine. Les fruits sont aplatis, ailés et font jusqu'a 1cm de long et sont très odorants. Les racines sont longues et charnues et ont une odeur aromatique.

* * * * * * *

Lire la suite

Légende Amérindienne du Papillon …

26 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Abeilles solitaires & autres butineurs

Quand la Terre était jeune, plus jeune encore que dans aucun souvenir, il n'y avait pas un seul papillon qui voletait ça et là dans les airs. Rien n'illuminait le ciel des jours de printemps ou d'été de couleurs chatoyantes. Il y avait bien des reptiles magnifiques mais ils ne savaient pas voler ; Les Hommes ne les voyaient même pas car c'est bien connu les humains ne passent pas leur temps à marcher les yeux baissés. 

http://img28.imageshack.us/img28/9945/callophrysrubi.jpgEn ces temps-là donc, vivait une jeune fille au doux nom de Fleur de Printemps. Elle faisait la joie de tous ceux qui la connaissaient tant elle était souriante et gentille.
Les Anciens lui avaient octroyé le pouvoir de guérir fièvres et brûlures grace à ses rêves.
Plus elle avançait en age, plus son pouvoir grandissait, elle devint capable de guérir la pluspart des gens. Dans ses songes, d'étranges et belles créatures volantes étaient venues à elle et lui avaient donné le pouvoir de l'arc-en-ciel qu'ils portaient en eux. 

Ces être merveilleux lui apprirent, lors d'un rêve, le pouvoir particulier de chaque couleur de l'arc-en-ciel, lui dirent que pendant toute sa vie elle serait capable de guérir les maux de hommes de sa tribu et qu'au moment de sa mort elle libérerait dans les airs ses pouvoirs de guérison qui resteraient pour toujours avec les hommes. Ils lui révélèrent aussi son nom secret : Celle-qui-tisse-dans-l'air-des-arcs-en-ciel. 

Après son mariage, Celle-qui-tisse-dans-l'air-des-arcs-en-ciel continua son travail de guérisseuse tout en initiant  ses deux enfants à ses talents. Tandis qu'elle vieillissait, le pouvoir de Celle-qui-tisse-dans-l'air-des-arcs-en-ciel grandissait encore et tous les malades qui vivaient dans les environs où elle habitait vinrent à elle, lui demandant de les guérir. Mais l'effort de laisser passer en elle tout ces maux finit par l'épuiser et un jour elle sut que le moment de sa mort approchait.http://farm5.static.flickr.com/4074/4749655162_013069433a.jpg

Tout au long de sa vie, elle avait remarqué que des reptiles magnifiquement colorés venaient près d'elle quand elle s'asseyait par terre et se laissaient caresser. Parfois l'un deux rampait le long de son bras et se blottissait contre son cou. Un jour qu'elle dormait, un serpent vint jusqu'à son oreille. Tout à son rêve, elle lui demanda si elle pourrait faire quelque chose pour "Ceux-qui-rampaient" en remerciement de tous les services que le peuple Serpent lui avait toujours rendus. 

"Ma soeur, dit Celui-qui-rampait, mon peuple a toujours été là pendant que tu guérissais, t'assistant grâce aux couleurs de l'arc-en-ciel que nous portons sur le corps. A présent que tu vas passer dans le monde des esprits, nous ne savons comment continuer à apporter aux hommes la guérison des couleurs. Nous sommes liés à la terre et les gens regardent trop rarement par terre pour pouvoir nous voir. Il nous semble que si nous pouvions voler, les hommes nous remarqueraient et souriraient des belles couleurs qu'ils verraient. Aussi nous pourrions, comme nos frères les oiseaux, voler autour de ceux qui auraient besoin d'être soignés et laisserions le pouvoir des couleurs leur donner la guérison qu'ils peuvent accepter. Peux-tu nous aider à voler ? "

Celle-qui-tisse-dans-l'air-des-arcs-en-ciel promit d'essayer. Le soir même, elle parla de son rêve à son mari qui était lui-même un puissant chaman lui demandant comment réaliser le voeux de ceux-qui-rampent. http://img683.imageshack.us/img683/4268/citron02.jpg

Le matin suivant il se réveilla, excité par le rêve qu'il avait fait. Mais quand il toucha doucement Celle-qui-tisse-dans-l'air-des-arcs-en-ciel pour le lui raconter, elle ne répondit pas. Il se pencha pour la regarder de plus près et il vit que sa femme était passée dans le monde des esprits pendant la nuit.

Pendant qu'il priait pour son âme et faisait des préparatifs pour son enterrement, le rêve qu'il avait eu lui revint en mémoire et cela le réconforta. Quand le moment arriva de porter Celle-qui-tisse-dans-l'air-des-arcs-en-ciel dans la tombe où elle serait enterrée, il vit sur sa couche, l'attendant, le grand serpent qu'il pensait y trouver. Il le ramassa avec précaution et l'emporta avec lui.

Tandis que l'on mettait le corps de sa femme en terre et qu'on s'apprêtait à le recouvrir, il entendit le reptile qui lui disait : " Mets-moi sur son épaule à présent. Quand la terre sera sur nous, mon corps aussi mourra, mais mon esprit se mêlera à l'esprit de celle qui fut ta femme, et ensemble nous sortirons de terre en volant. Alors nous retournerons vers ceux de mon peuple et leur apprendrons à voler de façon à ce que se poursuive le travail de ton épouse. Elle m'attend. Pose-moi à présent. "
L'homme fit ce que le grand serpent lui avait dit et l'enterrement se poursuivit. Quand tous les autres furent partis, l'homme resta en arrière quelques instants. Il regarda la tombe, se souvenant des années d'amour qu'il avait vécu en compagnie de
Celle-qui-tisse-dans-l'air-des-arcs-en-ciel. http://img683.imageshack.us/img683/8286/pieris.jpg

Soudain, de la tombe sortit en volant une fine créature qui avait sur ses ailes toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Elle vola vers lui et se posa sur son épaule. "Ne sois pas triste, mon époux. A présent ma vision s'est totalement réalisée, et ceux que j'aiderai désormais à enseigner apporteront toujours aux autres la bonté du coeur, la guérison et le bonheur. Quand ton heure viendra de te transformer en esprit, je t'attendrai et te rejoindrai."

Quand l'homme changea de monde, quelques années plus tard, et fut enterré près de sa tendre épouse, leurs enfants remarquèrent une de ces nouvelles créatures magnifiques qu'ils appelaient papillons, voleter près de la tombe. Quelques minutes plus tard, un autre papillon d'égale beauté sorti en volant de la sépulture de leur père, rejoignit celui qui attendait et, ensemble, volèrent vers le Nord, le lieu du renouveau.

Depuis ce temps-là les papillons sont toujours avec les hommes, éclairant l'air et leur vie de leur beauté.

Si vous voulez que votre souhait se réalise, vous n'avez qu'à le souffler au papillon. Il ira porter votre souhait au ciel jusqu'au grand Manitou, où il sera exaucé...

* * * * * * *

Lire la suite

Les fleurs de l'Ipomée dansent une ronde lente …

24 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

http://img411.imageshack.us/img411/3834/abeilleconvolvulus.jpg

Les volets sont fermés depuis déjà longtemps,
La porte, verrouillée, ne craint plus les grands vents ;
Le jardin, délaissé, s’offre à la déraison,
La tortueuse allée n’est plus que liseron.

Joel Rouxel

Le Liseron est une plante herbacée au rhizome charnu et rampant donnant naissance à des tiges volubiles, atteignant 3 mètres de longueur. Les feuilles sont ovales-triangulaires, de couleur vert sombre sur le dessus, plus clair sur le dessous. A leur base apparaissent, portées par de longs pédoncules, de grandes fleurs isolées, largement ouvertes en entonnoir, elles sont de couleurs blanches, rosées ou bleues. Le fruit est une capsule globuleuse contenant 3 à 4 graines. C'est également une excellente plante mellifère et pollinifère. Commun en Europe, le Liseron abonde dans les broussailles. Toutefois, comme il pousse très facilement, quelquefois de façon spontanée, il peut devenir indésirable. 

* * * * * * *

Lire la suite

Telles des Vestales, elles gardent l'entrée …

23 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

http://img94.imageshack.us/img94/6562/abeillesgardiennes.jpg

Les butineuses ou les éclaireuses que l'on voit sur les fleurs ne piquent pas, contrairement aux idées reçues. Tout à leurs missions de repérage et de récolte, ces ouvrières ont d'autres chats à fouetter. Les seules qui passent à l'attaque sont les sentinelles qui montent la garde autour de la ruche.

Farouches protectrices de leur ruche, les vierges guerrières en interdisent l'entrée aux rôdeurs, pillards et autres indésirables attirés par le miel. Pour pénétrer dans la colonie mieux vaut montrer patte blanche, c'est-à-dire porter l'odeur de la reine, qui est comme une marque de fabrique ou être un mâle en période d'abondance. Fidèles au poste sur le seuil de la ruche, les vestales assurent la défense de la cité au péril de leur vie. Malheureusement pour elles, ce ne sont pas les amateurs de miel qui manquent : guêpes, frelons, mulots … jusqu'au plus gros consommateur : l'homme.

L'abeille ne meurt pas forcément en piquant un autre insecte, car son dard ressort sans mal de la chitine de son adversaire. Ce qui la tue, c'est de laisser son aiguillon dans une chair  "élastique" qui le retient malgré elle ... comme la peau humaine. Avec son dard, c'est une partie de ses viscères que la piqueuse abandonne, se sacrifiant du même coup. Opération kamikaze, diront les uns ; Accident, rectifieront ceux qui préfèrent parler des risques du métier.

* * * * * * *

Photo prise sur le Web : Maxx

Lire la suite

Je lève mes sourcils dit Achillea millefolium

21 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

http://img714.imageshack.us/img714/451/achilleamillefolium.jpg

Demoiselles du temps jadis
Enrubannées de dentelles,
Votre teint couleur de lys
Sous mille volants, étincelle !

Annie Avril

L'achillée millefeuille (Achillea millefolium) est une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées. C'est une très bonne fleur mellifère qui entre souvent dans la composition des jachères fleuries.
Les fleurs sont souvent blanches, roses ou pourpres. Les fleurons du centre (fleurs en tube) sont jaunâtres. Les capitules aux sommets des tiges forment des corymbes.

La plante possède plusieurs noms vernaculaires : herbe de la Saint-Jean, herbe de Saint-Joseph, herbe à dinde, herbe au charpentier, aux cochers, aux militaires, herbe aux coupures, saigne-nez, sourcil de Vénus.

Selon Pline, naturaliste romain du premier siècle après J.-C., son nom lui vient d'Achille, héros de la mythologie grecque, qui s'en servit pour guérir ses blessures. D'ailleurs, jusqu'au XIXe siècle, elle a été employée pour accélérer la cicatrisation. C'est une plante comestible dont on peut utiliser les fleurs et feuilles aux propriétés toniques, digestives, hémostatiques, antispasmodiques, emménagogues, hypotensives, antihémorroïdales.

* * * * * * *

Lire la suite

Le Machaon en robe de soie et œil de velours …

19 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Abeilles solitaires & autres butineurs

machaon-buddleia-02

J'ai, dans mon jardin, un buddleia rose
Aux sucs capiteux et si attirants
Que les papillons, enivrés, s'y posent
Butinent et s’en vont sur l'aile du vent...

Michèle Corti

Le Papilio Machaon est parfois appelé "Grand porte-queue" ou encore "Queue d'hirondelle".  Avec une envergure atteignant couramment les 90 mm, le Machaon ( Papilio machaon ) compte parmi les plus grands et les plus beaux de nos Rhopalocères, c'est-à-dire de nos papillons diurnes. Il relève de la Famille des Papilionidae, représentée en France par une petite dizaine d'espèces.

Il tend à se raréfier du fait des traitements opérés sur la plante hôte de sa chenille : La carotte ! La femelle (légèrement plus "dodue" que le mâle) pond ses oeufs d'une manière isolée. Les chenilles sont donc esseulées et, fatalement peu nombreuses.

Alors de grace, si quelques fanes sont croquées ici ou là par une ou deux chenilles n'en soyez pas chagrins …

* * * * * * *

Le buddléia est une excellente plante mellifère pour les papillons (on la surnomme d'ailleurs l'arbre aux papillons) mais n'offre aucun intérêt pour les abeilles qui ont la langue trop courte pour pouvoir aller au fond des fleurs étroites de cet arbustre. 

* * * * * * *


Lire la suite

La Molène fait éclore ses boutons, en fleurs de volupté …

17 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

http://img717.imageshack.us/img717/5228/abeillebouillonblanc02.jpg

Chaque arôme est un jour vécu de plein accord
Qu’il soit éclos de pluie ou d’un soleil complice
Pétale de chagrin, bouton couronné d’or
Chaque arôme est un jour délice ou de supplice …

Ambre Delune

Le bouillon blanc ou la molène se rencontre dans la nature dans les friches industrielles, sur les bords des routes et dans les jardins oubliés. Elle forme une rosette aux feuilles simples feutrées de blanc.
C'est au printemps de la deuxième année qu'' une ou plusieurs grandes tiges dressées jusqu'à 2 mètres de hauteur émergent du coeur des rosettes. Elles portent des épis formés de nombreuses fleurs serrées. Ces fleurs sont jaunes alors que celles de sa famille sont plutôt pourpre, rouges ou blanches selon les variétés.
Le bouillon blanc fleurit de juin à septembre. Les fleurs sont éphémères et hermaphrodites et se renouvellent en permanence.

le bouillon blanc, en infusion, est utilisé en infusion contre la bronchite, la trachéite, la toux, la diarrhée et la cystite… 
C'est également LE "médicament naturel de l'abeille". L'abeille y récolte en particulier du pollen dont elle a besoin pour sa bonne santé et celle du couvain ; d'où l'intérêt de cette plante mal connue.

* * * * * * *

Lire la suite

J’aimerais goûter au miel du Bournat

16 Juillet 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

http://img149.imageshack.us/img149/3734/100711bournat03.jpg

Diderot et d'Alembert notent, dans leur Encyclopédie, l'utilisation de la paille pour la fabrication des ruches dites "Bournats" et leur supériorité sur toutes les autres :

Chaudes, maniables, résistant aux injures du temps, point sujettes à la vermine. Les mouches y travaillent mieux que dans toute autre ruche ...
Le principal est de les faire toujours un tiers plus hautes que larges et d'en façonner le dessus en voûte...
Les grandes ruches sont de 15 pouces (27 cm) de large sur 23 pouces de haut (40 cm sur 60 cm)... On y met les essaims jusqu'au milieu de juin. Les ruches moyennes de 13 pouces sur 20 recevront les essaims jusqu'au ler juillet. les petites ruches de 13 pouces sur 17 recevront les derniers essaims...
Il faut enduire les ruches en dehors du cendre de lessive ou de terre rouge (ocre) dont on fait un mortier avec de la bouse de vache, pour les garantir des vers. Quand elles sont sèches, on les passe légèrement sur de la flamme de paille, puis on les frotte en dedans avec des feuilles de coudrier et de mélisse.
Il faut que les ruches soient posées sur des sièges ou des bancs élevés d'un bon pied (30,50 cm), pour que les crapauds, les souris et les fourmis n'y puissent pas monter... Ils peuvent être de terre, de bois, de pierre ou de tuilot... Mais l'assise doit être convexe pour qu'il s'y amasse moins d'humidité. "

http://img6.imageshack.us/img6/7065/bournat.jpgSi la paille de seigle était préférée à celle de blé pour la fabrication de ces bournats, c'est que les fibres de seigle sont plus longues et plus résistantes, de ce fait elles assuraient à l'ensemble une plus grande robustesse.

On rassemblait des mèches de paille grossières, lâches et sans torsades après les avoir fait passer dans un entonnoir ou tout simplement une corne de vache. On enroulait de la paille autour de ces mèches lâches avant de les maintenir solidement en place par des liens de ronce, placés et entrelacés à intervalles réguliers. Il était important qu'il ne reste plus de sève entre l'écorce et le coeur de la ronce, aussi on la coupait en hiver. On n'utilisait pas ces liens de ronce avant d'avoir fondu en quatre la tige pour en ôter la moelle. Ce travail se faisait en général au couteau.

Le miel était récolté une fois l'an par le "Maître des abeilles". Cette opération était effectuée à la fin du printemps de manière à ce que la colonie ait le temps de refaire à la fois ses provisions et un nouveau couvain avant la mauvaise saison. Il fallait être deux pour procéder à ce travail : L'un extrayait tandis que l'autre tenait les outils, dont l'enfumoir.
http://img35.imageshack.us/img35/6324/bournatmelina1965.jpgPour extraire le miel du bournat, on utilisait une espèce de grande cuillère. Cire et miel étaient ensuite déposés dans un vaste chaudron de grès. 

Les femmes devaient alors extraire le miel. Dans une sorte de grand torchon de toile de chanvre, cousu en pointe, elles déposaient une masse de ce miel et cire encore intimement mêlés. A deux, elles tordaient aussi fort qu'elles le pouvaient cette masse enfermée dans la toile et le miel coulait, pour être recueilli dans un autre récipient, puis mis dans de petits pots. Ce miel, étendu sur un "galetou", sorte de crêpe, représentait un régal pour les enfants ...

Lorsqu'il s'agissait de changer la ruche de place, on opérait le soir, à la nuit tombée. On enveloppait le bournat dans un drap de chanvre, après s'être assuré que toutes les abeilles étaient bien rentrées à la ruche. On procédait alors au déménagement du bournat.

Vendre une ruche pouvait porter malheur par conséquent on procédait à des échanges. Dans notre Limousin, il, n'était pas bon de connaître le nombre exact de ses bournats, aussi on en laissait un ou deux de vides parmi les autres. Bien que les abeilles n'aiment pas être volées, un bon rucher se devait d'être composé de la proportion suivante : un essaim volé, un essaim trouvé et un essaim acheté. 

Les bournats étaient la propriété exclusive du métayer ou du bordier (*) et la récolte de miel leur appartenait intégralement.

* * * * * * *

Métayer : Agriculteur exploitant une terre avec les matériels et animaux du propriétaire et partageant de moitié avec lui les fruits de son labeur. Les métairies pouvaient être assez importantes et l'exploitation pouvait aller jusqu'à 50 ha.

Bordier : Agriculteur (appelé aussi laboureur à bras) exploitant une borderie et payant une rente annuelle au propriétaire. Les borderies inférieures en général à 10 ha étaient plus petites que les métairies et le bâtiment principal ne comportait qu'une ou deux pièces.

Lire la suite
1 2 3 > >>