Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Ong-Mat

Un miel rare celui du Lierre …

31 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

http://img219.imageshack.us/img219/9648/101027abeillelierre01b.jpg
Les fleurs de lierre discrètes jaune verdâtre disposées en ombelles au sommet des rameaux offrent aux abeilles pollen et nectar, mais attention, le lierre possède des nectaires non protégés directement exposés à l’atmosphère. Un automne trop sec, trop venteux ou trop pluvieux et c’en est fini du précieux nectar !

Pour nous apiculteurs, il est important de savoir que les rameaux qui portent des fleurs ne se forment qu’en pleine lumière ; c’est ainsi que l’on peut facilement voir ces fleurs sur les lierres qui couvrent les murs. Dans les forêts de chêne, le lierre est peu mellifère.

Lorsque les conditions météorologiques sont favorables, le réceptacle floral se couvre de gouttelettes de nectar et le bourdonnement des abeilles est incessant.
La période de floraison tardive en fait une plante de grand intérêt pour nos avettes.
En règle générale, les apiculteurs préfèrent laisser le miel de lierre à disposition des abeilles afin de renforcer les réserves d’hiver nécessaires à la survie des colonies. Cette miellée est excellente pour assurer la pérennité du cheptel.
Ce miel automnal, très rarement récolté, ne peut donc être proposé au consommateur que si des conditions météorologiques favorisent une miellée intense et prolongée (Ce qui est, il faut bien le dire, rarissime).

Le Miel de Lierre est recommandé pour les céphalées et maux de tête. Ce miel à un léger goût fumé et une couleur caramel, son goût très particulier dégage une certaine amertume. Ce miel cristallise très vite, y compris dans les cadres. Il faut donc le récolter très rapidement.

* * * * * * *

Le lierre utile à son arbre support

Lire la suite

Je trompette en gris et noir …

29 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Champignons

http://img225.imageshack.us/img225/5409/trompettemorts.jpg

Les feuilles de très haut tombent sur cet automne.
Dans ce calme trompeur, au loin, l'orage tonne.
Se pourrait-il qu'au ciel se fanent des jardins ?

Parfois nommée corne d'abondance, mais plus souvent trompette des morts ou trompette de la mort, cette craterelle est, malgré ces noms sinistres dus à sa forme et à sa couleur de deuil, un champignon comestible des plus appréciés que l'on cueille dans les forêts européennes. Son nom scientifique est Craterellus cornucopioides, crater signifiant vase en latin.

Il semblerait que ce champignon ne pousse que par cycles, ce qui expliquerait son abondance certaines années et son absence les autres. Cependant dans une même saison il peut se montrer abondant ou rare selon les régions.

C'est un excellent champignon quoique un peu coriace. Il peut être séché ou réduit en poudre sans inconvénient pour être incorporé dans une sauce. 

* * * * * * *

Lire la suite

18e Congrès Apicole de Poitiers

28 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

http://img515.imageshack.us/img515/2295/poitiers2010.jpg 

Le Syndicat National d'Apiculture (S.N.A.) organise les 29, 30 et 31 Octobre 2010 le XVIIIème Congrès National de l’Apiculture Française au Palais des Congrès du Futuroscope de Poitiers en partenariat avec l'Abeille de France et l'Abeille de la Vienne.

Ces journées organisées autour du thème « l’Abeille partenaire de la biodiversité » vous permettront d'assister à nos conférences sur les pesticides, les abeilles, l’environnement et les produits de la ruche...

De nombreuses animations seront prévues pour les apiculteurs et le grand public.

 

* * * * * * *

Lire la suite

En dépit de mon aspect fragile, je soulève le macadam !

26 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Champignons

http://img213.imageshack.us/img213/3976/coprinchevelu.jpg

Vers le ciel pommelé, mûri d'eau menaçante;
Un champignon soulève un coin d'humus ranci
Apeurant de fragrance un rayon indécis...
L'adieu des frondaisons découvre au loin la sente.

Geneviève de Ternant

Le Coprin chevelu (Coprinus comatus) est facilement reconnaissable à son chapeau qui recouvre presque la totalité du pied. Entièrement blanc au début, le chapeau se couvre de mèches jaunâtres ou ocrées (d'où son qualificatif de « chevelu »).

Jeune, c’est-à-dire entièrement blanc, il est excellent à condition de ne consommer que le chapeau, le pied trop fibreux est à éliminer. Il faut le manger rapidement après la cueillette (il vieillit très mal, noircissant et se liquéfiant). Dès que les lames commencent à rosir, il faut s'abstenir de consommer le champignon qui peut s'avérer très toxique ; On ne peut donc ni le stériliser ni le congeler.
Le coprin chevelu a la propriété de pouvoir absorber les métaux lourds. Ne le récoltez donc pas dans des endroits fortement pollués (abords de routes très fréquentées …). car c'est le champion du stockage de plomb contenu dans l'essence.  A l'instar de "l'Agaric des Trottoirs" ce champignon, en dépit de son aspect fragile, arrive à percer le macadam !

On peut le manger cru, cuit dans une omelette, en soupe ou dans une sauce type béchamel mais également en dessert coupez le en rondelles et passez ces dernières à la friteuse. Ne les laissez pas brunir. Surveillez-les bien car c'est très rapide. Egouttez-les, saupoudrez-les ensuite de cannelle et de sucre et léchez-vous les doigts …

* * * * * * *

Lire la suite

Sauve qui peut, voilà l'enfumoir !

24 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Vocabulaire apicole

http://img842.imageshack.us/img842/1613/enfumoir.jpg

L'enfumoir est l'instrument indispensable à l'apiculteur. Sa fumée a pour but de calmer la colonie et non de l'exciter. En fait, en percevant la fumée, les abeilles qui craignent un incendie (la cire et le miel étant hautement inflammables) se préparent à un essaimage d'urgence en incurgitant autant de miel qu'elles peuvent. Gavées, sans repère, les phéromones d'alarme brouillées par les odeurs du combustible les abeilles ne peuvent communiquer et ne s'occupent pas de l'apiculteur qui peut ainsi travailler sans problème.

Pour être efficace, la fumée doit être continue, blanche et froide. Les combustibles ne doivent pas contenir de produits chimiques (colles, encres), pour ne pas empoisonner les abeilles. C'est pourquoi on préfère utiliser des herbes sèches, de la paille, de la toile de jute … aux cartons et bois agglomérés.

L'enfumage lui doit être :

Léger. Il s'agit d'ériger une barrière entre les abeilles et l'apiculteur et non d'asphyxier nos petites avettes.
Froid : On ne rôtit pas les insectes.
Affleurant : Le miel ne doit pas sentir l'odeur de la fumée. C'est pourquoi, la fumée ne doit pas être trop lourde et entrer dans les hausses.

C'est pourquoi l'enfumoir doit répondre à plusieurs critères :

Etre rapide à allumer
Produire une fumée abondante mais froide
Ne pas s'éteindre au bout de quelques minutes.

L'enfumage terminé, les abeilles ventilent la ruche pour en chasser la fumée, et, après quinze à vingt minutes, elles reprennent leurs activités normales.

* * * * * * *

Lire la suite

La belle vénéneuse …

22 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Champignons

http://img337.imageshack.us/img337/6623/amanitetuemouches02.jpg

Ô charmes vénéneux qui ne savent plus être,
Ô léthargique perfusion,
Cessez votre travail, ne faites plus un mètre,
Soyons purs à l’extrême onction.

Etienne Champollion

Amanita muscaria, fausse-oronge, amanite tue-mouches… est un champignon hallucinogène appartenant à la famille des Agaricacées (comme le champignon de Paris). Il est largement répandu dans l’hémisphère nord (Europe, Amerique du Nord, Inde …) jusqu’à des latitudes très septentrionales et jusqu’à 2 100 m d’altitude. Il pousse dans les sous-bois, notamment à proximité des bouleaux et des conifères avec lesquels il forme des mycorhizes (Association symbiotique entre des champignons et les racines des plantes). En Europe de l’ouest, on le trouve de fin août à fin novembre.

Son nom provient du Grec Amanos, une montagne de la Cilicie (Turquie) où il est abondant. Il est aisément identifiable avec son chapeau rouge, convexe, d’une dizaine de centimètres de diamètre couvert de petites verrues blanches. Le pied de couleur blanche se termine à la base par un bulbe arrondi entouré de bourrelets et porte un anneau.

L’homme exploite les propriétés hallucinogènes de l'amanite tue-mouches séchée depuis des temps immémoriaux pour modifier sa conscience au cours de rituels chamaniques. En effet, au cours du séchage, la concentration en muscimol et en muscazone (des alcaloïdes) augmente. Les hallucinations se manifestent de vingt minutes à deux heures après l'ingestion.
Mais ne vous tentez pas l'expérience cette "fausse oronge" est très dangereuse. Il faut savoir la préparer et connaitre les dosages (chaque personne réagit différement - comme toute drogue).

Vous risquez si vous ingérez cette amanite une intoxication qui se déroulera en 2 phases :

La première période d'excitation : On observe des troubles du comportement, de l'euphorie ou de la colère, de l'agitation, de la désorientation, du délire, des hallucinations …

Puis une seconde période de sommeil profond : Au premier état d'excitation succède une période de abattement voire un coma dans les cas graves.
Des signes digestifs mineurs tels que nausées, vomissements, diarrhée accompagnent parfois l'intoxication.

Il n'y a pas d'antidote.

Son nom vernaculaire de "tue-mouches" provient du fait que cette amanite fut utilisée en Europe comme insecticide ; Coupée dans du lait sucrée, elle attirait les mouches qui succombaient … mais il fallait faire attention aux animaux domestiques.

* * * * * * *


Lire la suite

Une abeille qui ne pique pas …mais qui mord !

20 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Abeilles solitaires & autres butineurs

http://img252.imageshack.us/img252/1657/meliponini01.jpgPhoto de Arthur Chapman

On ne dénombre pas moins de 500 espèces d’abeilles qui ne piquent pas parmi lesquelles les mélipones. Le rôle premier de ces abeilles est bien sûr la pollinisation, mais parmi cette grande famille quelques-unes produisent suffisamment de miel pour justifier leur élevage.

Le continent américain ne possédait pas d’abeilles Apis mellifera avant l’arrivée des Européens : l’apiculture traditionnelle de cueillette était faite à partir d’une petite abeille sans dard appelée mélipone. D'ailleurs dès 1549, l’évêque Diego de Landa, rapporte que la meliponiculture est une des principales activités agricole des Mayas.

L’abeille, symbole de la lumière solaire pour ces civilisations, est souvent représentée dans les nombreuses fresques d’Amérique centrale.

Les quelques 66 sous-espèces de mélipones sont principalement regroupées dans les zones tropicales et subtropicales d'Amérique du Sud c'est à dire au Mexique, Amérique-centrale et aux Antilles.

Suivant les espèces, la population varie de 500 à 80 000 individus. La couleur va du noir au gris clair en passant par le jaune. La taille varie de 2 mm pour les plus petites à 13,5 mm pour les plus grandes. Les melipones du Mexique et d’Amérique centrale (melipona beecheii) les plus connues et les plus exploitées, sont sensiblement de la même taille que nos Abeilles Européennes. Localement, on les nomme « abeilles maya » ou « abeilles royales ».
La reine est d’une taille nettement plus importante que les ouvrières. Chaque colonie de melipones possède une seule reine en ponte, mais parmi la population de 4 000 ouvrières, on compte jusqu’à 50 reines vierges qui cohabitent. Ces reines ainsi que les mâles, sont élevées dans des cellules identiques aux cellules d’ouvrières. L’originalité de ces abeilles vient du fait que toutes les 3 à 7 naissances (suivant les espèces), naît une reine.

 * * * * * * *

Lire la suite

Une fleur d'or : le Chrysanthème

18 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

http://img651.imageshack.us/img651/5719/chrysantheme.jpg

Un rêve étrange et merveilleux,
Immobile et silencieux,
S'épanouit, embaumant l'automne
D'une fleur de chrysanthème

Raymond Matabosch

Au pays du Soleil levant, son nom veut dire "fleur d'or", il est le symbole de la famille impériale depuis plus de 1 000 ans. D'ailleurs dans ce pays, cette fleur a pour signification : amitié, paix, joie, santé et optimisme, alors qu'en Europe on l'assimile à la Toussaint et au cimetière.

Je n'ai jamais vu une abeille butiner une fleur de chrysamthème car chez nous ces fleurs sont cultivées pour fleurir tard en saison mais sur flickr vous pourrez ici en voir une s'en délecter. 

Lire la suite

Le Chardon affirme "Vos mots me font Chagrin",

16 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Fleurs Mellifères ou Nectarifères

http://img233.imageshack.us/img233/1527/chardonrose.jpg

Sous le ciel inversé, la rose solitaire
Exhorte le chardon au manteau épineux
À venir habiter son jardin lumineux,
Peuplé d’un bataillon de plantes potagères.

Patricia Guenot

Le chardon des champs devient, dans certaines régions, une réelle préoccupation car de multiples phénomènes concourent à son extension.

 Le chardon des champs est une espèce vivace, avec un très fort pouvoir de dissémination et une très grande capacité de développement de l'appareil souterrain. Seules, les fauches répétées 3 ou 4 fois par an épuisent les chardons en effet :

Un chardon produit de 4 000 à 5 000 graines par an.
Un fragment de racine de 3 mm peut donner une nouvelle plante.
Un chardon peut progresser latéralement de 2 m par an.
Les racines peuvent descendre jusqu'à 6 m de profondeur.
Un chardon peut coloniser jusqu'à 250 m en 3 ans environ.

Même si le chardon n'est guère apprécié par le bétail qui ne le broute pas, les abeilles en sont friandes car ses fleurs sont très mellifères.

 * * * * * * * *

Lire la suite

Petits rosés ramassés et … mangés !

15 Octobre 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Champignons

http://img233.imageshack.us/img233/6342/101004rosespres04b.jpgParfois, sur son chemin, inerte comme un marbre,
Il s'arrête debout, regardant ciel ou sol,
Quelque grand oiseau fauve élargissant son vol,
Un champignon verdi qui sèche au pied d'un arbre.

Maurice Rollinat

Au retour de promenade, nous avons traversé une pature et devinez quoi ? Nous avons découvert ces petites merveilles.

Ces rosés des près ou agarics champêtres peuvent être consommés crus quand ils sont très jeunes comme ici (le dessous du châpeau est alors rosé) mais également cuits comme de simples champignons de Paris même s'ils sont beaucoup, beaucoup plus savoureux.
Nous les avons mangés simplement poêlés avec un peu de crème fraîche, salés et poivrés. Un vrai régal ! 

* * * * * * *

Lire la suite
1 2 > >>