Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Ong-Mat

Motel à Insectes, pour une lutte biologique

11 Mars 2010 , Rédigé par Ong-Mat Publié dans #Apiculture

http://farm4.static.flickr.com/3330/3414009975_15b4e280be_b.jpgSi, en tant que jardinier, vous voulez renoncer à l'emploi des pesticides, désherbants et autres produits phytosanitaires faites-vous aider par les insectes. Offrez leurs, dès ce printemps, des emplacements pour leur reproduction et ils vous le rendrons au centuple.
En effet leur rôle en tant que pollinisateurs et auxiliaires est primordial. Ces "hôtels" vont pouvoir accueillir pontes et larves, contribuant ainsi à enrichir, au fil des années, la micro-faune de votre coin de paradis.
L’hôtel à insectes doit être orienté au Sud ou au Sud-Est, face au soleil, notamment en début de journée, le dos aux vents dominants, non loin d’un parterre de fleurs sauvages et cultivées (le restaurant de l’hôtel). Il doit être surélevé d’au moins 30 centimètres, et abrité des intempéries.

Pour les chrysopes et coccinelles : une boîte en bois non traité (20 X 20 X 15 cms) remplie de fibres d'emballage avec quelques ouvertures en fente.chrysopes-copie-1.jpg

Leurs larves s'attaquent aux œufs, aux larves et aux adultes de divers insectes (cochenilles, pucerons …) ainsi qu'à des acariens comme l'Araignée rouge. Au cours de son développement, une larve de chrysope aux yeux d'or peut se nourrir de plus de 500 pucerons ou dévorer 30 à 50 araignées rouges en une heure quand aux larves de coccinelle leur utilité n'est plus à démontrer.

Pour les bourdons : une autre boîte en bois non traité (20 X 20 X 15 cms) remplie d'herbes séchées avec un trou de 10 mm de diamètre orienté vers le haut et une planchette d'envol.

Les bourdons présentent de nombreux avantages par rapport aux abeilles domestiques. Ils ne sont pas agressifs, piquent rarement et fécondent plus de fleurs par temps frais ou venteux ; ils possèdent la capacité de féconder des fleurs de grande taille et de leur transférer du pollen.

Pour certaines guêpes et abeilles solitaires comme la mégachile : des cannes de bambou de diamètres différents ou une bûche percée de trous de diamètres différents, de 3 à 14 mm, sans toutefois transpercer entièrement la bûche.

Ces guêpes et abeilles sont des pollinisateurs très efficaces et visitent fréquemment les jardins. Elles sont aujourd’hui en déclin, constat inquiétant pour l’homme qui dépend fortement de ces espèces pour toutes les cultures agricoles et horticoles. Ce sont aussi des précieux alliés dans le jardin, car elles tuent de nombreux insectes ravageurs pour nourrir leurs larves.
Enfin, les abeilles et les guêpes solitaires sont peu agressives, et ne piquent que très rarement.

Pour d'autres abeilles solitaires comme les Lasioglossum : des briques creuses remplies d'un mélange de glaise/sable fin ou argile/paille hachée.

Pour certaines abeilles et guêpes solitaires, comme les osmies : du bois sec avec des trous.

Pour les abeilles charpentières ou les insectes xylophages : des vieux bois empilés.

Pour divers hyménoptères, notamment les syrphes : des tiges à moelle (ronce, rosier, framboisier, sureau, buddleia).

Leurs larves dites "sangsues", parce qu'elles sont retenues aux feuilles par des sécrétions buccales collantes, précoces et actives dès le printemps, sont aphidiphages (cad qu'elles mangent les pucerons) à l'occasion elles peuvent aussi avaler d'autres nuisibles comme les aleurodes. Les syrphes sont inoffensifs, ils ne piquent pas; Adultes, ils butinent les fleurs.

Pour les forficules ou perce-oreilles : des pots de fleurs remplis de fibre de bois.carabe-dore

La nuit, le perce-oreilles sort et part à la recherche de sa nourriture essentiellement constituée de pucerons et de psylles (insectes « suceur » nuisibles aux arbres fruitiers).

Pour les carabes : des morceaux de branches.

Ces insectes inscrits sur la liste rouge des insectes protégés en France sont de redoutables avaleurs de limaces et d'escargots.


L'installation de tels abris dans votre jardin s'inscrit dans une démarche écologique. Connaître les auxiliaires et les différents moyens de les attirer pour qu'ils participent à la vie de votre jardin est très important au vu de la dégradation et de la réduction des habitats naturels et des populations.

* * * * * * *

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article